Skip to navigation – Site map

Full text

1Collègue et ami de Lucienne GERMAIN durant son activité dans le département d’anglais, qu’il me soit permis d’évoquer ici le cas particulier de cette université créée peu après les « événements » de 1968 dans la banlieue Nord. Elle était défavorisée, qu’il s’agisse des conditions matérielles ou du nombre de postes d’enseignants. Qu’il suffise de citer cette salle de classe où l’on avait placé une poubelle en plastique pour recueillir l’eau de pluie qui tombait du plafond... Cette situation contribuait sans doute à créer une atmosphère plus chaleureuse qu’ailleurs, entre collègues et envers les étudiants.

2Pour qui avait enseigné précédemment à la Sorbonne, le contraste était frappant. On était d’emblée adopté par ce noyau qu’avait constitué Monica CHARLOT quand lui fut confiée à l’origine la création du département. Lucienne en faisait partie, avec d’autres jeunes enseignants tels que Mary ROSSELIN, Arlette SANCERY et John HUMBLEY. Équipe de pionniers, pour ainsi dire, dans un environnement parfois difficile, mais aussi stimulant. C’est ainsi que nous avions institué dans la foulée de la Loi Faure une direction collective, où la lectrice qu’elle était avait autant voix au chapitre que ses collègues. S’y ajoutaient des réunions périodiques avec les étudiants, qui entretenaient un climat favorable. Elle partageait avec la plupart d’entre nous un véritable feu sacré pédagogique hérité des années précédentes, un goût de l’innovation qui se traduisait par exemple par ces stages de formation continue que nous avions organisés bénévolement avec nos collègues des lycées environnants, en dehors des heures de travail. Nous nous informions mutuellement de nos recherches et connaissions ses publications et sa participation au CRECIB. Dans ce réseau amical de collègues de diverses disciplines, elle réunissait la compétence, la conscience professionnelle, le talent pédagogique et une rigueur qui n’excluait nullement la gaîté. Appelée ultérieurement à de hautes responsabilités à Paris VII, elle avait conservé une certaine nostalgie de cette complicité affectueuse qu’elle avait connue dans cette période exceptionnelle de sa carrière. Dans ses nouvelles fonctions, elle ne se départit jamais de ces qualités dont elle avait fait preuve.

3Ceux qui connaissaient les épreuves qu’elle avait connues dans sa jeunesse, sur le plan familial et médical, admiraient aussi son courage, sa ténacité et ce dévouement sans faille qui la caractérisaient. Pour ma part, je garderai d’elle le dernier souvenir : celui de son rire de bon cœur sur son lit d’hôpital, quand nous plaisantions peu avant que ne s’éteigne cette flamme qui survit en nous.

Top of page

References

Bibliographical reference

Maurice Cling, « Lucienne à Villetaneuse », Revue Française de Civilisation Britannique, XVII-2 | 2012, 13.

Electronic reference

Maurice Cling, « Lucienne à Villetaneuse », Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XVII-2 | 2012, Online since 15 March 2016, connection on 16 August 2017. URL : http://rfcb.revues.org/661 ; DOI : 10.4000/rfcb.661

Top of page

About the author

Maurice Cling

Université Paris-Nord

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Revue française de civilisation britannique est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Crecib
  • Revues.org