Skip to navigation – Site map

Introduction

Anne-Catherine de Bouvier and Christophe Gillissen
p. 9-15

Full text

  • 1 Affaires étrangères – Archives diplomatiques, La Courneuve, Série Europe 1944-, sous série Irlande, (...)

1En 1963, lors d’un entretien avec le ministre irlandais des Affaires extérieures, le président français l’interrogea quant à l’effet de l’industrialisation sur l’emploi et la démographie en Irlande. Selon le compte rendu français de cet échange, Frank Aiken expliqua au général de Gaulle que, « pour la première fois depuis la grande famine d’il y a vingt ans », la population irlandaise avait augmenté1. De toute évidence, le ministre irlandais avait évoqué « la Grande Famine d’il y a cent vingt ans », mais l’auteur du compte rendu corrigea ce qui n’avait aucun sens à ses yeux : comment un ministre reçu à l’Elysée pouvait-il évoquer des faits aussi lointains et aussi peu vraisemblables ? Et pourtant, Aiken avait tout à fait raison : la démographie irlandaise, de manière unique en Europe, avait baissé de manière constante depuis la Grande Famine, pour ne commencer à sortir de l’ombre portée par cette catastrophe que plus d’un siècle plus tard.

2Dans ce numéro de la Revue Française de Civilisation Britannique, plusieurs aspects majeurs de la Grande Famine sont analysés, afin de mieux comprendre la nature et les enjeux d’un événement dont on ne peut guère surestimer l’importance du point de vue de l’histoire irlandaise, pas plus que de l’histoire britannique : le fait qu’il eut lieu sur le territoire de l’Etat le plus industrialisé de son temps contribua à saper la légitimité de l’Union auprès d’un grand nombre d’Irlandais. Le Royaume-Uni du milieu du xixe siècle se caractérisait en effet par un contraste marqué entre la Grande-Bretagne et l’Irlande, qui suscita nombre d’interrogations quant à la nature de leur Union et au statut de l’Irlande au sein de cet ensemble.

  • 2 Catherine Maignant, Histoire et civilisation de l’Irlande, Paris : Nathan, 1996, pp. 30-36.

3L’entretien entre Aiken et de Gaulle est révélateur du poids de l’histoire en Irlande. Un rappel de quelques faits principaux peut s’avérer utile de ce fait pour mieux comprendre ces questions, car les relations entre les deux îles étaient déjà anciennes avant l’entrée en vigueur de la loi sur l’Union le 1er janvier 1801, qui fonda le Royaume-Uni. Au xiie siècle, l’autorité du suzerain anglais avait été reconnue par les seigneurs irlandais – dont plusieurs aventuriers anglo-normands qui avaient envahi l’île dès 1169 – en vertu du traité de Windsor (1175), mais dans la pratique elle ne fut guère respectée avant l’arrivée au pouvoir de la dynastie des Tudor2. En 1494, Londres limita les droits du parlement irlandais (Poynings’ Law), et en 1541 Henri viii fut proclamé roi d’Irlande, mais ses efforts pour renforcer son contrôle du territoire irlandais furent en partie neutralisés par son schisme avec Rome ; par la suite, la Réforme créa un fossé religieux durable entre les deux îles, menaçant ainsi le pouvoir de la Couronne d’Angleterre en Irlande.

  • 3 Wesley Hutchinson, La question irlandaise, Paris : Ellipses, 1997, pp. 53-61.

4Afin d’y remédier, des familles anglaises furent implantées en Irlande dès le milieu du xvie siècle, l’idée étant que ces colons protestants serviraient de relais au pouvoir anglais, mais ce ne fut qu’au début du xviie siècle que la politique de colonisation fut menée à grande échelle, avec la plantation de l’Ulster, province où l’insoumission avait été la plus forte jusqu’à la « fuite » des comtes irlandais de Tyrone et de Tyrconnell en 16073. Leurs domaines furent confisqués par la Couronne et attribués à des colons anglais et écossais, mais en 1641 les autochtones tentèrent de reprendre leurs terres par la force, tuant plusieurs milliers de colons.

  • 4 Jean Guiffan, Histoire de l’Irlande, Paris : Hatier, 1992, pp. 72-78.

5Ces tensions entrèrent en résonance avec les conflits religieux et dynastiques de la Grande-Bretagne du xviie siècle : le soulèvement de 1641 y confirma les craintes d’un complot papiste, précipitant la Révolution puritaine. Oliver Cromwell débarqua en Irlande en 1649 pour mener une guerre de représailles, saisissant de nombreuses terres afin de financer l’effort de guerre et accélérant ainsi le transfert des terres irlandaises des catholiques aux protestants. En 1689, le roi Jacques II, déposé lors de la Glorieuse révolution, débarqua en Irlande dans l’espoir d’y trouver suffisamment de soutiens pour reprendre son trône ; en 1689, il assiégea sans succès la ville de Londonderry, tenue par les protestants, puis il fut vaincu en 1690 par Guillaume d’Orange, son successeur, lors de la bataille de la Boyne, au nord de Dublin4.

  • 5 Pierre Joannon, Histoire de l’Irlande, Paris: Plon, 1973, pp. 39-43.

6Dans les années qui suivirent, la minorité protestante victorieuse imposa des mesures draconiennes contre la majorité catholique irlandaise, afin d’éviter tout soulèvement à l’avenir : en vertu des Lois pénales adoptées entre 1692 et 1705, les catholiques irlandais perdirent l’essentiel de leurs droits, comme ceux de porter des armes à feu, de servir dans les forces armées ou de posséder un cheval d’une valeur supérieure à £5 ; de voter ou d’être élu au parlement ; d’exercer une profession libérale, à l’exception de la médecine, ou une fonction publique ; d’« épouser une protestante, être exécuteur testamentaire ou tuteur de mineur »5. L’Eglise catholique fut sévèrement réglementée, seul le bas-clergé étant toléré sur le territoire irlandais, tandis que la terre, principale source de richesse, devait revenir aux protestants, les catholiques ne pouvant plus en recevoir en héritage d’un parent protestant ou tenir un bail de longue durée. Si 60 % des terres leur appartenaient encore en 1641, en 1776 la proportion n’était plus que de 5 %.

  • 6 J. C. Beckett, The Making of Modern Ireland, 1603-1923, Londres : Faber and Faber, 2e éd. 1981, pp. (...)

7Ainsi, à la fin du xviiie siècle, la majorité de la population était-elle réduite à la pauvreté, largement exclue du pouvoir politique et de toute influence sociale, tandis que l’élite anglicane, l’Ascendancy, régnait en maître. Malgré tout, les restrictions commerciales imposées par Londres suscitèrent des ressentiments croissants parmi les protestants irlandais, notamment les non-conformistes, et après le début de la Guerre d’indépendance américaine ils se mobilisèrent dans l’espoir d’arracher une plus grande autonomie législative6. En 1782, la loi Poynings fut abrogée, le gouvernement britannique souhaitant éviter l’ouverture d’un second front colonial, mais le pouvoir exécutif détenu par le Lord Lieutenant, représentant de la Couronne, limita la portée de cette réforme.

  • 7 La plupart des lois pénales furent abrogées à cette période.
  • 8 Thomas Bartlett, Ireland: A History, Cambridge : Cambridge University Press, 2010, pp. 221-227.

8Devant ces lenteurs, les United Irishmen, organisation nationaliste non confessionnelle, se radicalisèrent et sollicitèrent le soutien de Paris pour fonder une république irlandaise indépendante où anglicans, non-conformistes et catholiques pourraient vivre ensemble en tant qu’Irlandais7. Une première tentative échoua en 1796, la flotte française étant dispersée par une tempête, mais en 1798 des troupes françaises, menées par le général Humbert, débarquèrent sur la côte ouest de l’île où elles remportèrent une victoire sur les forces britanniques. Néanmoins, faute de renforts et d’un soulèvement irlandais à grande échelle, elles durent se rendre peu après8.

  • 9 Patrick Geoghegan, « The making of the Union », pp. 34-45 in Dáire Keogh & Kevin Whelan (eds), Acts (...)

9Si le projet d’une union législative entre l’Irlande et la Grande-Bretagne avait déjà été débattue au cours du xviiie siècle, le soulèvement de 1798 et la menace française poussèrent le Premier ministre britannique, William Pitt, à agir afin de garantir la sécurité des îles Britanniques. Un premier projet d’Union fut présenté au parlement de Dublin dès le mois de février 1799, mais la majorité gouvernementale fut tellement chahutée par les députés nationalistes qu’il fut abandonné. Après une campagne de persuasion efficace et bien financée – parfois de manière illégale –, un second projet de loi fut adopté l’année suivante par les parlements britannique et irlandais, qui fusionnèrent le 1er janvier 18019.

  • 10 Laurent Colantonio, « Mobilisation nationale, souveraineté populaire et normalisations en Irlande ( (...)
  • 11 John H. Whyte, « The age of Daniel O’Connell », pp. 248-262 in T. W. Moody et F. X. Martin (eds), T (...)

10Aux yeux des catholiques, cette union législative fut entachée dès le début par le refus de Londres de leur accorder le droit de siéger au parlement du nouveau Royaume. En effet, le roi George III, très attaché aux prérogatives de l’Eglise établie – à l’instar de nombreux tories –, opposa son veto à l’émancipation catholique, que Pitt avait pourtant présentée comme nécessaire au succès de l’Union. Pitt démissionna d’ailleurs peu après, mais la question devint une pomme de discorde persistante en Irlande où, après plusieurs campagnes infructueuses menées par l’élite catholique, Daniel O’Connell fonda l’Association catholique en 1823, dans le but de mobiliser les masses et d’exercer ainsi une pression politique sur le gouvernement10. Lors des élections de 1826, l’Association contribua à la défaite de plusieurs adversaires de l’émancipation, et en 1828 O’Connell se présenta lui-même lors d’une élection partielle face à un ministre du gouvernement tory dans le comté de Clare. Sa victoire écrasante et l’euphorie qu’elle engendra en Irlande persuadèrent le Premier ministre, le duc de Wellington, et son ministre de l’Intérieur, Robert Peel, qu’il valait mieux céder plutôt que de prendre le risque d’un soulèvement généralisé11.

11Mais ils le firent de mauvaise grâce : ils relevèrent le cens de deux à dix livres, réduisant ainsi le nombre d’électeurs de 216 000 à 37 000 et excluant par la même occasion la majorité des petits électeurs catholiques – les « 40-shilling freeholders », ceux-là même qui avaient élu O’Connell – du corps électoral. En outre, lorsque O’Connell se présenta au parlement de Westminster, on voulut lui faire prêter l’ancien serment par lequel tout député devait répudier la foi catholique, arguant que la loi ne pouvait être rétroactive. Il s’y refusa et son élection fut invalidée ; même s’il fut ré-élu triomphalement quelques semaines plus tard, tout cela persuada les catholiques qu’ils ne pouvaient attendre grand-chose d’un Etat britannique qui refusait de les considérer comme des citoyens à part entière.

  • 12 D. George Boyce, Nineteenth-Century Ireland: The Search for Stability, Dublin : Gill & Macmillan, 1 (...)
  • 13 Stephen McCormac, « The Tithe War; reports by Church of Ireland clergymen to Dublin Castle », Histo (...)

12De la même manière, la dîme prélevée par l’Eglise anglicane en Irlande (Church of Ireland) sur l’ensemble des habitants de l’île ne pouvait qu’irriter les non-conformistes et surtout les catholiques, largement majoritaires au sein de la population et vivant pour la plupart dans une grande pauvreté : ils devaient donner un dixième de leur production à une Eglise officielle qui n’était pas la leur et qui disposait de biens considérables, alors qu’ils étaient tenus par ailleurs de contribuer à la vie de leur propre Eglise12. En 1831, une campagne de non-paiement de la dîme fut lancée, et la police fut mobilisée pour saisir le cheptel des récalcitrants, donnant parfois lieu à de sérieux accrochages (tithe war). Le 14 décembre 1831, par exemple, une rixe éclata à Carrickshock, dans le comté de Kilkenny, où une quarantaine de personnes laissèrent la vie13. Après avoir instauré l’état d’urgence, le gouvernement procéda à deux réformes : la dîme fut commuée en versement numéraire par le propriétaire terrien, qui était libre de la répercuter sur les loyers qu’il percevait, et tous les arriérés furent prescrits en 1838.

13Cela permit de pacifier la situation en Irlande pour quelque temps, mais en 1840 O’Connell lança un mouvement pour demander l’abrogation de l’Union elle-même. Son Association pour l’abrogation (Repeal Association) était organisée de la même manière que la campagne pour l’émancipation catholique : la cotisation (repeal rent) était dérisoire, permettant même aux plus pauvres d’y adhérer, et elle était collectée par les prêtres catholiques, dont le réseau national assurait un maillage serré du territoire. Vu le nombre de ses membres, l’Association disposait de coffres bien remplis, et O’Connell organisa plusieurs rassemblements de grande ampleur (monster meetings), dépassant parfois les 100 000 participants, toujours dans le but de faire pression sur le gouvernement.

14En octobre 1843, un rassemblement fut prévu à Clontarf, site d’une victoire historique du haut-roi d’Irlande, Brian Boru, sur les envahisseurs vikings en 1014, mais le gouvernement, inquiet face à cette mobilisation dans un lieu aussi chargé de symbolisme, décida de l’interdire. O’Connell, soucieux de ne pas enfreindre la loi, préféra annuler le meeting plutôt que de prendre le risque d’un bain de sang.

15On le voit, à la veille de la Grande Famine, l’Union était menacée, et le gouvernement, face à cette île indisciplinée et très peuplée, multipliait réformes et mesures répressives pour la normaliser, sans grand succès. De fait, l’Irlande était une région à part du Royaume-Uni, tant du point de vue de l’économie et de la religion que du cadre constitutionnel et administratif. S’ajoutaient à ces difficultés une pauvreté endémique – dont tous les visiteurs, anglais et étrangers, rendirent compte avec stupéfaction –, et de fréquents épisodes de disette. Ce territoire en apparence ingérable fit l’objet de maints débats au parlement de Westminster où, en 1844, Benjamin Disraeli, alors jeune député tory, souligna le lien entre la « question d’Irlande » et la politique du gouvernement :

I want to see a public man come forward and say what the Irish question is. One says it is a physical question, another a spiritual. Now it is the absence of aristocracy, then the absence of railways. It is the Pope one day, potatoes the next. Consider Ireland as you would any other country similarly situated. You will see a teeming population which, with reference to the cultivated soil, is denser to the square mile than that of China; created solely by agriculture, with none of the resources of civilization; and sustained, consequently, upon the lowest conceivable diet, so that in the case of failure they have no other means of subsistence upon which they can fall back. That dense population in extreme distress inhabits an island where there is an established Church which is not their Church and a territorial aristocracy, the richest of whom live in a distant capital. Thus you have a starving population, an absentee aristocracy, and an alien Church, and in addition the weakest executive in the world.

  • 14 House of Commons debates, Hansard, 3rd series, Vol. 72, col. 1016 (6 février 1844). Le discours vis (...)

Well, what then would gentlemen say if they were reading of a country in that position? They would say at once, ‘The remedy is a revolution.’ But the Irish could not have a revolution and why? Because Ireland is connected with another and a more powerful country. Then what is the consequence? The connection with England became the cause of the present state of Ireland. If the connection with England prevented a revolution and a revolution was the only remedy, England logically is in the odious position of being the cause of all the misery of Ireland. What then is the duty of an English minister? To effect by his policy all those which a revolution would effect by force. That is the Irish question in its integrity.14

16*

17La Grande Famine est un point de rupture dans l’histoire de l’Irlande : rupture démographique, rupture sociale, et sans doute aussi rupture politique. Le pays qui en émergea avait perdu près du quart de sa population, avait vu disparaître une grande partie des paysans qui avaient jusqu’alors occupé des parcelles vivrières, et partant, connut une période de remembrement rural, tandis que la difficulté économique induisait également des transferts de propriété. La brutalité de la crise, son ampleur, l’inadéquation des réponses officielles, et la baisse des donations charitables venues d’Angleterre à partir de 1848, provoquèrent au sein de la population un sentiment de rancœur, qui alimenta et orienta le mouvement nationaliste (re)naissant dans la seconde moitié du xixe siècle.

18Tout épisode de rupture comporte des éléments de continuité, abordés dans les deux premiers articles de ce recueil. On y envisage l’importance (quantitative et qualitative) de la pomme de terre dans l’alimentation de la population irlandaise à la veille de la Famine, comme facteur de robustesse, mais aussi de vulnérabilité. On y trouve également un état des lieux des connaissances médicales, comme des présupposés économiques, sociaux et nationaux qui présidèrent à la prise en charge de la crise par les autorités politiques, administratives et sanitaires.

19L’ampleur de la crise attira une attention considérable, et généra un mouvement philanthropique et caritatif dont rendent compte les deux articles suivants. En Grande-Bretagne, la British Relief Association collecta des fonds considérables jusqu’en 1848, dont elle assura la distribution par l’intermédiaire des structures d’aides officielles en place, malgré les lourdeurs tatillonnes, afin de pouvoir toucher au mieux l’ensemble de la population. La crise irlandaise était, du moins hors des cercles gouvernementaux, considérée par certains comme une crise impériale, devant appeler une réponse aux mêmes dimensions. On s’en émut aussi en d’autres points du monde, notamment au Canada, dans cette même logique impériale, ou encore en France. Si quelques motivations anti-anglaises intervinrent dans ce dernier cas, il faut se souvenir de la présence irlandaise et britannique en France, ainsi que de l’influence qu’eut Daniel O’Connell sur le catholicisme libéral d’hommes politiques comme Montalembert ou Lammenais. Lors de famines ultérieures, les diocèses de France levèrent à nouveau des fonds, dans un élan de solidarité affichée entre deux constructions identitaires : la France, fille aînée de l’Eglise, et l’Irlande, île des saints et des savants.

20En Irlande, la Famine catalysa différentes analyses de la situation, dont nous découvrons des exemples opposés dans les deux articles suivants. La classe politique britannique rejetait volontiers la situation économique et sociale de l’Irlande, qui avait conduit à la crise, sur les propriétaires anglo-irlandais, accusés d’incurie et d’indifférence. Les écrits de Lord Adair, propriétaire anglo-irlandais possédant des domaines en Angleterre et en Irlande, témoignent d’une tentative pour s’exonérer d’un telle accusation, à titre personnel et en tant que membre d’une classe qui fut affectée par les conséquences de la Famine. Ce point de vue est d’autant plus intéressant que les terres irlandaises de Lord Adair étaient situées dans la province d’Ulster. A l’opposé de la logique impériale qui sous-tend son approche de la question, on trouve la montée de la revendication pour une abrogation de l’Union, accompagnée d’une scission entre, d’une part, les partisans d’une solution constitutionnelle, et d’autre part, les tenants d’un nationalisme séparatiste fondé sur la force physique. Le soulèvement manqué mené par William Smith O’Brien en 1848 marque la naissance d’un nationalisme culturel, d’inspiration révolutionnaire, où la question de la terre était désormais centrale.

21L’émigration massive au départ d’Irlande, durant la Famine et des décennies après celles-ci, indique tant la brutalité de l’événement que la profondeur de son impact. Trois articles cherchent ici à cerner le phénomène, malgré les difficultés que comporte toute quantification précise dans des circonstances qui brouillèrent encore la statistique incertaine de l’époque. La Famine induisit une grande mobilité, au sein de l’île, avec un fort afflux de population vers les villes portuaires ; puis à destination de la Grande-Bretagne, des Etats-Unis, ou du Canada (par ordre décroissant de migrants), selon les moyens matériels des candidats au départ, leur statut, ou encore la présence ou non de famille déjà installée dans une destination possible. Si l’émigration irlandaise n’était pas une nouveauté en soi, son ampleur, et son caractère fréquemment irréversible, constituent la spécificité de l’évolution qui se produisit à partir de 1846. La féminisation en est également un aspect nouveau, qui, accompagnée d’un fort taux d’abandon d’enfants, indique aussi le choix douloureux de mères incapables de nourrir leur(s) enfant(s).

22Les horreurs de la Famine relèvent parfois de l’indicible, ou de l’irreprésentable, comme nous le font cerner les deux articles portant sur les représentations, dans la chanson populaire et dans les arts visuels. A l’évidence, les acteurs contemporains n’étaient guère soucieux de s’auto-représenter dans leur souffrance, et de telles représentations sont rares. La plupart des représentations contemporaines émanèrent d’artistes étrangers, généralement britanniques, qui ne se départaient pas des codes de représentation de leur époque, et obéissaient à un impératif non-artistique : obtenir des fonds, critiquer les propriétaires fonciers, etc. La plupart des chansons irlandaises composées à cette occasion demeurèrent assez confidentielles. Il y eut en effet par la suite un certain évitement de l’événement, tandis qu’à l’heure actuelle beaucoup de productions s’inscrivent dans une dynamique mémorielle consensuelle, tant le représentation de la Famine demeure un exercice difficile.

23A l’heure actuelle, la Grande Famine est toujours un sujet difficile à aborder, en raison de la charge anthropologique terrible qu’il contient, laquelle a, dès le déroulé même des événements, orienté, voire figé, le discours interprétatif. La question de la responsabilité se pose nécessairement ; elle se trouve tranchée en fonction d’une idéologie pré-existante et, plus rarement, modifie celle-ci. De 1848 à nos jours, les diverses études et histoires de la Grande Famine se positionnent entre providentialisme et accusations de génocide, entre discours anti-colonial et fascination pour le modèle britannique, entre rigueur historienne, compassion et révolte, entre totems et tabous. Les deux derniers articles abordent ces lourds enjeux, où coexistent de manière souvent hostile différentes traditions interprétatives, et où l’historiographique et le mémoriel ne s’accordent pas toujours.

Top of page

Notes

1 Affaires étrangères – Archives diplomatiques, La Courneuve, Série Europe 1944-, sous série Irlande, vol. 49 : « Entretien du Général de Gaulle et de M. Aiken, Ministre des Affaires étrangères d’Irlande, le mercredi 20 novembre 1963, de 16h30 à 17h15 ».

2 Catherine Maignant, Histoire et civilisation de l’Irlande, Paris : Nathan, 1996, pp. 30-36.

3 Wesley Hutchinson, La question irlandaise, Paris : Ellipses, 1997, pp. 53-61.

4 Jean Guiffan, Histoire de l’Irlande, Paris : Hatier, 1992, pp. 72-78.

5 Pierre Joannon, Histoire de l’Irlande, Paris: Plon, 1973, pp. 39-43.

6 J. C. Beckett, The Making of Modern Ireland, 1603-1923, Londres : Faber and Faber, 2e éd. 1981, pp. 206-241.

7 La plupart des lois pénales furent abrogées à cette période.

8 Thomas Bartlett, Ireland: A History, Cambridge : Cambridge University Press, 2010, pp. 221-227.

9 Patrick Geoghegan, « The making of the Union », pp. 34-45 in Dáire Keogh & Kevin Whelan (eds), Acts of Union: The causes, contexts, and consequences of the Act of Union, Dublin : Four Courts Press, 2001.

10 Laurent Colantonio, « Mobilisation nationale, souveraineté populaire et normalisations en Irlande (années 1820-1840) », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 42, 1/2011, pp. 53-69.

11 John H. Whyte, « The age of Daniel O’Connell », pp. 248-262 in T. W. Moody et F. X. Martin (eds), The Course of Irish History, Cork: RTE / Mercier, 2e éd. 1984.

12 D. George Boyce, Nineteenth-Century Ireland: The Search for Stability, Dublin : Gill & Macmillan, 1990, pp. 62-65.

13 Stephen McCormac, « The Tithe War; reports by Church of Ireland clergymen to Dublin Castle », History Ireland, Vol. 13, n° 4 (2005). Voir : <http://www.historyireland.com/18th-19th-century-history/the-tithe-war-reports-by-church-of-ireland-clergymen-to-dublin-castle/>.

14 House of Commons debates, Hansard, 3rd series, Vol. 72, col. 1016 (6 février 1844). Le discours visait entre autres à affaiblir la position de Robert Peel.

Top of page

References

Bibliographical reference

Anne-Catherine de Bouvier and Christophe Gillissen, « Introduction », Revue Française de Civilisation Britannique, XIX-2 | 2014, 9-15.

Electronic reference

Anne-Catherine de Bouvier and Christophe Gillissen, « Introduction », Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XIX-2 | 2014, Online since 01 May 2015, connection on 28 March 2017. URL : http://rfcb.revues.org/199 ; DOI : 10.4000/rfcb.199

Top of page

About the authors

Anne-Catherine de Bouvier

Université de Caen – Basse Normandie

By this author

Christophe Gillissen

Université de Caen – Basse Normandie

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Revue française de civilisation britannique est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Crecib
  • Revues.org