Skip to navigation – Site map
Book Reviews

Compte-rendu de Justin Gest, The New Minority : White Working Class Politics in an Age of Immigration and Inequality, Oxford University Press, 2016.

Olivier Esteves
Bibliographical reference

Justin Gest, The New Minority : White Working Class Politics in an Age of Immigration and Inequality, Oxford University Press, 2016.

Full text

1C’est une dizaine de jours à peine après l’élection de Donald Trump et quatre mois après le Brexit que Justin Gest, spécialiste de sciences politiques à George Mason University (Washington D.C), a publié cet ouvrage comparatiste d’une brûlante actualité, d’une grande érudition, enfin d’une humanité qui pourrait paraître suspecte compte tenu de son objet d’étude : le ressentiment racial et l’anti-autoritarisme des ‘petits blancs’ dans les villes de Youngstown (ville martyre de la désindustrialisation dans l’Ohio) et le bourg londonien de Barking & Dagenham.

2Au premier abord, cette suspicion peut être attisée par le titre de l’ouvrage, dont l’auteur assure pleinement le caractère problématique :

The conceptualization of any group of white people in the United Kingdom or the United States as a ‘minority’ is questionable, to be modest. Less modestly, such a conceptualization stands in the face of 50 years of progress achieved by civil rights struggles, community cohesion agendas, and affirmative action policies. At their inception, such efforts acknowledged –and indeed were mobilized against- the privileged status of white people.

  • 1 Daniel Bizeul chez les militants du Front National (voir « Des loyautés incompatibles, aspects mora (...)

3Ensuite, comme Didier Fassin et Daniel Bizeul l’ont déjà fait pour la France 1, Justin Gest conceptualise la difficulté qu’il y a à traiter de groupes sociaux dont les idées peuvent sembler répugnantes aux chercheurs en sciences sociales, chez qui tend à prédominer l’empathie vis-à-vis de groupes stigmatisés. Le défi, selon lui, est le suivant :

Scholars and observers of minority politics and social affairs generally maintain a sense of empathy (or at least common understanding) that heightens their sensitivity to subjects’ disadvantage and their perceptions, despite their subjects’ demonstrated flaws. The challenge is to sustain this empathy for the primary antagonist of the minority subjects we are accustomed to examining” (p. 31).

4L’ouvrage de Justin Gest est le fruit d’un travail ethnographique de trois mois à Barking & Dagenham et de trois mois à Youngstown, soit 120 entretiens au total. Les pages américaines sont aussi riches que les pages britanniques, mais, fort logiquement, je placerai ici la focale sur le terrain londonien de l’auteur.

  • 2 Les deux autres bourgs hormis ces trois-là sont Sutton (sud de Londres) et Hillingdon (ouest).

5Avec Bexley et Havering, Barking & Dagenham est le bourg londonien qui a voté le plus massivement en faveur du Brexit 2 et, sans jamais mentionner le référendum, M. Gest offre des clés sociologiques, historiques et politiques décisives pour appréhender ce comportement électoral allant à l’encontre d’une capitale anglaise ayant opté sans ambiguïté pour rester dans l’Union Européenne (60%). Il y a d’abord, concrètement, la manière dont le B.N.P., pendant quelques années, a été quasiment la seule offre politique visible dans l’espace public local ; il y a aussi, a contrario, la façon dont le parti travailliste, avec Margaret Hodge, est parvenu à brillamment évincer le B.N.P du paysage politique local en 2010, et le ressentiment que cette prise de pouvoir a pu générer chez de nombreux petits blancs ne se sentant plus représentés. Ceci est d’autant plus vrai que les conseillers municipaux du B.N.P avaient brillé par leur incompétence et leur absentéisme (p. 65) et que ni le député de Barking (Margaret Hodge) ni celui de Dagenham (Jon Cruddas) n’ont élu domicile dans les circonscriptions qu’ils représentent aux Communes, une anomalie plutôt courante outre-Manche et dont l’auteur et ses enquêtés font grand cas (p. 124, p. 199).

6M. Gest analyse avec finesse les ressorts du protectionnisme social (welfare chauvinism) chez les couches les plus vulnérables de Barking & Dagenham, et son lien avec une nostalgie politique partiellement mythique (p. 52-3, l’idée qu’il faudrait, pour améliorer le quartier, ‘turn the clock back’, ‘make it like 50 years ago’), qui repose elle-même sur la perception d’une méritocratie britannique totalement dévoyée par l’immigration :

Most believe that the British social system was previously meritocratic, insofar as hard work was rewarded inside of each hierarchical circle. Respondents frequently cited the hours invested by family members who exerted themselves on assembly lines, docks, and warehouse floors to earn a living. They are frustrated that the current social system grants immigrants access to the same meritocracy and offers advantages that they believe are not provided to white Britons, such as affirmative action policies, public housing preference, and favouritism disguised as antiracism platforms (p. 162).

7Un constat qui est également dressé à Youngstown, même s’il n’est pas exactement articulé de manière identique.

8Un des fils conducteurs de l’ouvrage est l’interrogation suivante : pourquoi, pris dans une vulnérabilité et une précarité quasiment identiques, des individus peuvent-ils être tentés par les extrêmes politiques ou, au contraire, céder complètement à l’anomie ? Même si le croisement de méthodes quantitatives et qualitatives peut parfois être difficile à suivre, il reste que le travail de Justin Gest est particulièrement éclairant. On pense notamment à cette longue lettre (quatre pages, p. 59-63) envoyée à David Cameron par une administrée lambda (Nancy Pemberton), qui illustre la troublante et apparente porosité des frontières politiques à l’heure où le B.N.P se targue d’être « le parti travailliste de vos grands-parents ». Ou, comme le dit Gest, “One of the more fascinating trends in white working class politics is just how little separates the social and political attitudes of BNP and Labour voters” (p. 63). On pense également à ce long entretien accordé par la députée Margaret Hodge à l’auteur, laquelle est extraordinairement consciente des difficultés insolubles de représentativité que posent à la fois son positionnement politique et son profil sociologique (p. 125-6).

9D’autres pages sont très éclairantes : les entretiens avec des jeunes émeutiers de l’été 2011 (p. 68-69), l’analyse brillante qui est faite du refrain éculé ‘I’m not racist but…’ (p. 72-3), la description de la fermeture définitive des pubs, ces réceptacles de la mémoire populaire (p. 47-9), c’est-à-dire autant de phénomènes ou d’évolutions qui alimentent la perception, chez les enquêtés, d’être “like a peripheral afterthought in a country they once defined” (p. 200). Empruntant régulièrement à la psychologie sociale, Justin Gest décrit l’aporie culturelle dans laquelle les ‘petits blancs’, agrégats d’individus politiques isolés, se trouvent coincés :

To identify a stronger sense of groupness, whites must seek out subcultures related to more distinct identities connected to other social cleavages based on ideology, lifestyle, or sexuality. With fewer resources and their increasing distrust of unions, white working class Americans and Britons actively discard more politically meaningful and more feasible alternatives for group identification. And while middle-class white people can identify with achieved social statuses and therefore invest less in ethnic and racial distinctions, white working-class people cannot (p. 143).

10Avec quelques mois de recul, il apparaît nettement que les Trump, BNP et UKIP ont su instrumentaliser avec cynisme et talent de telles évolutions et perceptions au sein d’une partie des électorats britannique et américain.

  • 3 Voir par exemple, Matthew Goodwin, Robert Ford Revolt on the Right : Explaining Support for the Rad (...)

11Pour conclure, l’ouvrage The New Minority, par la façon dont il croise les méthodologies, par son comparatisme méticuleux, par sa scientificité autant que par son humanité, complète de manière idéale la lecture de monographies déjà publiées, par exemple celles, sur la Grande-Bretagne, de Matthew Goodwin (sur UKIP et le BNP) ou d’Hillary Pilkington et Joel Busher (sur l’EDL) 3. Il peut aussi être mobilisé sans modération par les enseignants en civilisation britannique ou américaine, car sa complexité est largement contrebalancée par un didactisme précieux.

Top of page

Notes

1 Daniel Bizeul chez les militants du Front National (voir « Des loyautés incompatibles, aspects moraux d’une immersion au Front National », Revue en ligne SociologieS, 21 juin 2007), Didier Fassin chez les forces de l’ordre, en particulier les agents de la B.A.C en Seine-Saint-Denis (voir La Force de l’ordre : une anthropologie de la police des quartiers, Paris : Seuil, 2011).

2 Les deux autres bourgs hormis ces trois-là sont Sutton (sud de Londres) et Hillingdon (ouest).

3 Voir par exemple, Matthew Goodwin, Robert Ford Revolt on the Right : Explaining Support for the Radical Right in Britain, Londres : Routledge, 2014 ; Matthew Goodwin, Caitlin Milazzo, , U.K.I.P, Inside the Campaign to Redraw the Map of British Politics, Oxford University Press, 2015 ; Matthew Goodwin, New British Fascism : Rise of the British National Party, Londres : Routledge, 2011 ; Hilary Pilkington, Loud and Proud : Passion and Politics in the English Defence League, Manchester University Press, 2016 ; Joel Busher, The Making of Anti-Muslim Protest : Grassroots Activism in the English Defence League, Londres : Routledge, 2016.

Top of page

References

Electronic reference

Olivier Esteves, « Compte-rendu de Justin Gest, The New Minority : White Working Class Politics in an Age of Immigration and Inequality, Oxford University Press, 2016. », Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XXII-1 | 2017, Online since 02 May 2017, connection on 24 September 2017. URL : http://rfcb.revues.org/1274 ; DOI : 10.4000/rfcb.1274

Top of page

About the author

Olivier Esteves

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Revue française de civilisation britannique est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Crecib
  • Revues.org