Skip to navigation – Site map

Juliette Pattinson, Behind Enemy Lines: Gender, Passing and the Special Operations Executive in the Second World War, Cultural History of Modern War Series, Manchester: Manchester University Press, 2007

Antoine Capet
p. 189-192
Bibliographical reference

Juliette Pattinson, Behind Enemy Lines: Gender, Passing and the Special Operations Executive in the Second World War, Cultural History of Modern War Series, Manchester: Manchester University Press, 2007, x+236 p. ISBN 9780719075698; 0719075696, £55.00 (cartonné).

Full text

1Les crécibistes qui s’intéressent au domaine baptisé War Studies (à ne pas confondre avec Military History, à la fois plus facile à saisir et plus aisé à traduire) savent qu’il est en pleine expansion dans les universités britanniques. Autrefois, le King’s College de Londres en avait le quasi monopole. Aujourd’hui, il existe des centres très actifs à Birmingham, Édimbourg et Glasgow. Indirectement, également, des dépôts d’archive comme Mass Observation à Brighton et des groupes de recherche d’histoire culturelle et sociale encouragent à la production de thèses où s’entrecroisent considérations purement militaires « à l’ancienne » et études plus « ciblées » sur la société britannique en guerre, notamment au cours des deux conflits mondiaux. C’est le cas du passionnant ouvrage de Juliette Pattinson, derivé de sa thèse dirigée à Manchester par Penny Summerfield, bien connue notamment pour ses travaux sur les femmes du Home Front au cours de la deuxième Guerre mondiale. Ici, il ne s’agit plus du front de l’intérieur, mais au contraire d’un aspect souvent outrageusement romancé de l’histoire militaire de la guerre, l’infiltration d’agents secrets britanniques dans l’Europe occupée, confiée en grande partie au célèbre SOE (Special Operations Executive).

  • 1 Foot, M.R.D. S.O.E. in France : An Account of the Work of the British Special Operations Executive (...)

2Se concentrant sur les agents parachutés en France, Juliette Pattinson a voulu aller plus loin que l’ouvrage pionnier, désormais classique, de M.R.D. Foot1 – auquel elle rend par ailleurs un hommage mérité. Le mandat qu’elle s’est donné, c’est d’étudier en quoi le recrutement, la formation, l’entraînement, les missions et le devenir (souvent tragique, disons-le d’emblée) des femmes du SOE se distinguaient de ceux des hommes. Son travail de reconstitution à base d’un méticuleux travail d’archives et d’entretiens avec les rares survivantes – à des années-lumière des inepties qu’on déverse depuis lors sur les écrans – est remarquable. Sur 480 agents officiellement recensés comme ayant été à un moment ou un autre de la guerre envoyés en France occupée par le SOE (la France Libre avait ses propres agents, pilotés dans un premier temps depuis Londres, comme ceux du SOE), 441 étaient des hommes et 39 des femmes – nombre réduit qui permet à Juliette Pattinson de proposer une étude pratiquement exhaustive de son corpus.

3Pourquoi des femmes, de toute évidence appelées au besoin à manier les armes, alors que dans les unités classiques elles n’y étaient pas autorisées ? C’est une des premières interrogations du livre, et la réponse est complexe, étayée par la nature des choses plus par le raisonnement a posteriori que par les certitudes factuelles. Les spécialistes britanniques pensaient, croit-on savoir, que les femmes attireraient moins l’attention dans leurs déplacements fréquents, se fondant dans une population française souvent féminisée par l’absence des prisonniers. Que des femmes passent du temps sur les marchés ou donnent comme prétexte à leur présence dans un train le fait qu’elles rendent visite à des parents séparés par les aléas de la guerre était normal pour des Françaises, mais beaucoup moins pour des Français, surtout jeunes, a fortiori après l’introduction du STO en septembre 1942, qui leur faisait en général éviter les endroits publics par peur des rafles. Juliette Pattinson estime que cette conjecture du commandement s’est le plus souvent vérifiée.

4Le passing dont il est question dans le titre n’est pas comme on pourrait le croire lié aux passeurs des Pyrénées (même si les femmes du SOE étaient le plus souvent parachutées dans le Midi rural), mais à l’expression « se faire passer pour des Françaises ». Cette aptitude linguistique – mais aussi culturelle, comme la façon d’utiliser la cuiller pour manger sa soupe, ou le fait de « saucer » son assiette – constituait le préalable indispensable à la survie, et faisait l’objet de toutes les attentions lors du recrutement. Il fallait naturellement que la population française s’y trompe – il ne suffisait pas de duper les Allemands. Sachant que les « vraies » Françaises volontaires étaient réservées à la France Libre, seul restait le vivier des Anglo-Françaises : Britanniques de nationalité, bilingues car de parenté mixte et ayant passé une grande partie de leur enfance ou adolescence (on n’ose dire leur jeunesse, certaines ayant dix-huit ans en 1940) en France. Leur motivation première, apparemment, pour accepter le risque de la capture, de la torture et d’une mort atroce en camp de concentration, c’était qu’elles jugeaient impossible de vivre sous la menace nazie sans rien faire contre. Elles auraient pu naturellement s’engager dans les services auxiliaires féminins, mais leurs précieuses compétences de bilinguisme et de biculturalisme n’y auraient pas été mises à profit.

5Juliette Pattinson indique que ce qu’on peut savoir des raisons pour lesquelles elles se sont fait prendre une fois en France montre que ce ne sont pas ces compétences qui furent en cause, mais le plus souvent la dénonciation ou l’infiltration des réseaux par des agents doubles, ou alors la détection par goniomètre de leur poste émetteur. Et conformément aux calculs manipulateurs de leurs chefs britanniques, leur « charme » les a souvent tirées d’affaire pour franchir des barrages. Juliette Pattinson a des pages savoureuses sur les attentes supposées en matière de respectabilité petite-bourgeoise dans la France provinciale de l’époque, pour l’habillement (la façon de coudre les boutons de leurs robes à la mode française de l’époque recevait tous les soins des experts du SOE) et dans le comportement (plus question pour ces Britanniques grandes fumeuses de se promener à Auch la cigarette au bec). Il était en revanche tout à fait naturel pour ces fausses Françaises de demander à un militaire allemand, ravi de pouvoir faire preuve de galanterie, de leur porter leur lourde valise (qui naturellement contenait souvent un poste émetteur). Rares également étaient les soldats allemands, imprégnés d’une certaine déférence sociale, qui palpaient ces « belles dames » d’apparence fort respectable, alors qu’ils le faisaient systématiquement pour les hommes filtrés par un barrage ou une patrouille, toujours suspects de dissimuler une arme.

6Une hypothèse invérifiable, mais tout à fait plausible, de l’auteure, c’est que les Allemands, tout entiers gangrénés par leur idéologie nazie du Kirche-Küche-Kinder ne pouvaient même pas s’imaginer que ces frêles jeunes femmes (le SOE recherchait plutôt des volontaires de petite taille, conformes à l’idée qu’on se faisait en Grande-Bretagne de la « Française moyenne » – de même le teint pâle, trop « nordique », n’était pas apprécié : idéalement, il devait être « olivâtre », avec de longs cheveux noirs qui permettaient de cacher des messages) soient capables d’avoir un engagement politique quelconque, encore moins de risquer leur vie à transporter du matériel de guerre. Cette combinaison « féminine » du charme et de l’innocence au sens étymologique leur a permis de berner les ennemis dans des circonstances où leurs homologues masculins auraient à coup sûr été pris – tout au moins dans les premières années de l’Occupation, car les Allemands ont peu à peu perdu leurs illusions en voyant que des (vraies) Françaises participaient à la Résistance.

7Organiser, épauler, coordonner cette Résistance : telles étaient les tâches du SOE. Mais Juliette Pattinson montre bien qu’il y a eu de facto répartition des rôles entre les agents masculins et féminins. Le sabotage et le maniement d’explosifs qu’il implique étaient sauf exception affaire d’hommes. Le grand travail des femmes, c’était les transmissions : envoi de messages par radio, « porteuses de valises » entre les différents réseaux. En d’autres termes, si leur formation et leur entraînement dans les bases britanniques du SOE étaient semblables à ceux des hommes, notamment pour apprendre à tuer « proprement », elles n’avaient pratiquement jamais l’occasion de passer à l’acte et restaient confinées dans des tâches de service, aussi utiles et risquées soient-elles.

8Isolées le plus souvent, elles vivaient dans la peur permanente de se faire prendre – à juste titre, car un tableau horrifiant chiffre les taux d’arrestation, nettement plus élevés chez les femmes que chez les hommes. Sur 441 agents masculins, 104 furent pris et déportés – pour les agents féminins, c’est 15 sur 39. N’ont pas survécu à la déportation 69 hommes et 12 femmes (dont certaines libérées par les Britanniques à Belsen, mais trop tard : elles sont mortes, probablement du typhus, après le 15 avril 1945). Un tiers des volontaires féminines du SOE sont donc mortes « au champ d’honneur » – taux évidemment sans commune mesure avec celui des unités régulières – et taux nettement plus élevé que chez leurs homologues masculins (moins d’un cinquième). Tous et toutes évidemment dans des tortures physiques et mentales épouvantables. Une survivante ne pouvait plus mettre de chaussures lors de sa libération, car ses bourreaux lui avaient arraché les ongles des orteils pour la faire « parler ».

  • 2 Odette (1950, sur Odette Sansom, qui a survécu) et Carve her Name with Pride (1958, sur Violette Sz (...)

9Le texte proprement dit se termine sur le retour à la vie civile de ces « héroïnes » (mot qu’évite d’employer Juliette Pattinson, sauf lorsqu’elle parle – pour les critiquer – des films des années 1950 qui ont été tournés sur deux d’entre elles2) : on n’ose parler de la vie normale. Et pourtant aussi incroyable que cela paraisse, nombreuses furent celles qui reprirent la destinée « normale » des jeunes femmes de leur génération, fondant un foyer et élevant leurs enfants comme si de rien n’était. Juliette Pattinson s’efforce avec bonheur de replacer cet apparent paradoxe dans le contexte des mentalités collectives de la Grande-Bretagne des années 1945-55.

10L’ouvrage est complété, outre la copieuse bibliographie, par un appendice très intéressant qui résume le parcours de chacun des survivants des deux sexes que l’auteure a pu contacter pour un ou des entretiens. Elle connaît naturellement les limites de « l’histoire orale », et c’est avec mesure et pertinence que sont utilisés leurs témoignages dans le corps du texte. Au carrefour de plusieurs genres, certains établis de longue date, certains encore discutés, l’ouvrage se situe en plein dans ce que nous appelons au sein de l’Université française la « civilisation britannique » et mérite pleinement de figurer dans toutes nos bibliothèques.

Top of page

Notes

1 Foot, M.R.D. S.O.E. in France : An Account of the Work of the British Special Operations Executive in France, 1940-1944. London : HMSO, 1966 (Third Edition. Government Official Histories Series. London : Frank Cass, 2004) (Des Anglais dans la Résistance : Le service secret d’action britannique SOE en France, 1940-1944. Paris : Tallandier, 2008).

2 Odette (1950, sur Odette Sansom, qui a survécu) et Carve her Name with Pride (1958, sur Violette Szabo, exécutée à Ravensbrück en 1945).

Top of page

References

Bibliographical reference

Antoine Capet, « Juliette Pattinson, Behind Enemy Lines: Gender, Passing and the Special Operations Executive in the Second World War, Cultural History of Modern War Series, Manchester: Manchester University Press, 2007 », Revue Française de Civilisation Britannique, XV-2 | 2009, 189-192.

Electronic reference

Antoine Capet, « Juliette Pattinson, Behind Enemy Lines: Gender, Passing and the Special Operations Executive in the Second World War, Cultural History of Modern War Series, Manchester: Manchester University Press, 2007 », Revue Française de Civilisation Britannique [Online], XV-2 | 2009, Online since 01 November 2016, connection on 26 April 2017. URL : http://rfcb.revues.org/1149

Top of page

About the author

Antoine Capet

Université de Rouen

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Revue française de civilisation britannique est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Crecib
  • Revues.org